Médecine, une vocation

« A l’âge de 8 ans, je vivais en France dans un petit appartement à Nice, avec toute ma famille arrivée depuis peu de Tunisie. Mon père tenait une petite épicerie. Nous partagions deux chambres et un salon avec parents, grands parents, frère et sœurs. Une joyeuse ambiance! Un médecin me diagnostique un rhumatisme articulaire aigu. Une maladie grave à l’époque et un choc pour ma famille.

J’ai le souvenir très net d’une visite de ce médecin qui me soignait régulièrement. Je me vois fiévreux, allongé sur le lit de mes grands parents, dans le salon, le docteur m’examinant, mes parents dans l’embrasure de la porte. Et moi, j’observe ses gestes. A un moment, le médecin a tourné la tête vers mes parents et a souri. De ce simple sourire, leur angoisse a immédiatement disparu. Cet homme, c’était pour moi un magicien, il rendait heureux mes parents. J’ai décidé à cette époque-là que je serai moi aussi médecin. »

David Khayat