La Charte de Paris contre le cancer

Oeuvre réalisée par Hélène Jousse

 

Texte fondateur dans la lutte contre le cancer, initié par le Professeur David Khayat et immédiatement soutenu par des cancérologues du monde entier, la Charte de Paris a été signée le 4 février 2000 lors du Sommet mondial contre le Cancer par le Président de la République française et le Directeur Général de l’Unesco.

C’est suite à ce Sommet mondial, que le 4 février est devenu la Journée Mondiale de Lutte contre le Cancer.

Aujourd’hui, une quinzaine de pays ont signé cette Charte.

Brève histoire de la Charte de Paris contre le cancer

4 février 2000 : Sommet mondial contre le cancer. Le Président de la République Jacques Chirac signe la Charte de Paris, ainsi que Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO.

14 juillet 2002 : Jacques Chirac fait de la lutte contre le cancer l’une des trois priorités de son second mandat.

24 mars 2003 : Jacques Chirac lance le plan de mobilisation nationale contre le cancer 2009-2013 et présente les 70 mesures du Plan cancer.

7 mai 2003 : Création de la Mission Interministérielle pour la Lutte contre le Cancer.

7 juillet 2004 : Constitution du GIP (groupement d’intérêt public) de préfiguration de l’Institut National du Cancer.

9 août 2004 : Parution au Journal officiel de la loi de santé publique portant création de l’Institut national du cancer (Loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique).

3 mai 2005 : Approbation de la convention constitutive de l’Institut National du Cancer par arrêté conjoint des ministres chargés de la Santé, de la Recherche et du Budget (décret n°2005-419).

24 mai 2005 : Lancement de l’Institut National du Cancer.

Charte de Paris : le préambule

Chaque année lors de la soirée de gala organisée au profit de l’association AVEC, un grand prix de la Charte de Paris est remis à une personnalité internationale engagée dans la lutte contre le cancer.

Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité des nations,

Engagés dans l’humanisation et dans un partenariat universel des peuples face au cancer, dans un effort permanent de lutte contre cette maladie,

Anticipant le rythme rapidement croissant de l’incidence du cancer sur toute la planète, que ce soit dans les pays développés ou en développement,

Reconnaissant le besoin d’une intensification des innovations dans tous les domaines de la recherche sur le cancer, de la prévention et des soins,

Persuadés que la qualité des soins est un droit essentiel de l’homme,

Reconnaissant que certaines améliorations déjà possibles au niveau de la survie en matière de cancer n’ont pas encore été obtenues en raison d’un recours insuffisant à la prévention, de financements inadaptés et d’un accès inégal à des traitements anti-cancéreux de qualité,

Certains que des vies humaines peuvent et doivent être sauvées grâce à un meilleur accès aux technologies existantes,

Aspirant à rien moins qu’une alliance invincible – entre chercheurs, professionnels de la santé, patients, gouvernements, industries et médias – de lutte contre le cancer et contre ses meilleurs alliés que sont la peur, l’ignorance et l’autosatisfaction…

Nous, soussignés, afin de prévenir et de guérir le cancer, et afin d’assurer la meilleure qualité de vie possible aux personnes qui vivent avec cette maladie et à celles qui en meurent, nous engageons pleinement et nous considérons responsables des principes et pratiques définis.